LE MANOIR DU FANTASTIQUE

Inscrivez-vous, présentez-vous, Firmin prépare votre suite...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lazarus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TAK
Travelo kamikaze
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4975
Age : 35
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Lazarus   Lun 22 Juin 2009 - 14:15

Un poème en prose (ne cherchez donc pas les rimes) que j'ai écrit en octobre dernier, dans une période où je réflechissais pas mal sur moi-même et le sens de ma vie. Niveau personnel je le trouve très juste, à vous de me dire ce qu'il vaut d'un point de vue littéraire et poétique Wink
__________________________________

Lazarus

Relevé de rien, je m'avance vers la lumière
Un chemin tracé dans une plénitude que je n'espérais plus
Inaccessible à mes pauvres et misérables perspectives
Ce sentier bordé de feux incandescents, de phares rayonnants
De fanions multicolores flottant au vent
D'arches en arc-en-ciel et de monument exubérants
Je végétais dans une geôle rétrécissant à la mesure de mes aspirations
De mes doutes et de mes déceptions
Que de paroles sages et de conseils ne me furent pas professés
Mais ceux-là, je les ignorais sciemment, trop à occupé que j'étais
A me lover au creux de ma torpeur, à m'apitoyer sur mon malheur
Petit être pathétique enlacé à sa misère comme un amant
Je n'avais plus gout au passé, à "l'avant" et délaissait sans honte le "maintenant"
Quant au futur, je l'enterrais avant même son avènement
Ne voulant plus croire, plus espérer ni avancer au sein de ma misère
Quand enfin, la bouée salvatrice me fut lancée
De toutes mes forces désespérées, je l'agrippai
Trop couard pour tenter, mais plus lâche encore pour abandonner
La vie avait-elle encore une chance à m'offrir?
Alors, de toutes mes forces je tînt bon
Essayant petit à petit de sortir la tête de l'eau, de surmonter
N'y avait-il pas ici un menu plaisir à retirer?
Était-ce là au coin de cette rue un petit morceau de félicité?
Caché derrière ce buisson, y avait-il pour moi un germe de bonheur?
Comme un aventurier, j'empruntai donc dans la pénombre le chemin
Et à mesure que la voie se faisait plus large et illuminée
J'y découvrais peu à peu maints spectacles, chatoyants et réconfortants
Douces musiques et brumes scintillantes venues des limbes
Délicates fragrances, teintes pastels et mirifiques nymphes
Se mêlaient à une atmosphère alanguie d'apaisement, de calme et de moiteur
Jamais alors les choses ne m'avaient parues si belles et évidentes
Si simples, si jolies et dépourvues de toute cruauté, de toute froideur
La vie s'offrait à moi dans sa farouche vitalité et sa plus resplendissante nudité
Allais-je relever le défi ainsi proposé?
Je décidai que oui et me résolus à en explorer toutes les possibilités
Elle m'ouvrirait ses portes et je lui emprunterais ses réjouissances, ses grâces et ses beautés
Volupté et magnificence
Pureté, lumière et chaleur

Ainsi, je me suis relevé et j'avance vers la lumière
Elle éclaire ma voie et me guide, cette voix intime, enjôleuse et languide
Porté par un souffle ample et puissant, jamais faiblissant
Décidé à saisir enfin mon destin et les fruits de ces promesses d'inoubliables lendemains
Je m'avance, nullement pressé, optimiste et serein
Maintenant que j'ai retrouvé la foi, mon pas est ferme et inébranlable
A présent j'ai un but et il n'attend plus que moi
Maintenant j'ai faim de vie, de délices et de glorieux festins
A présent j'avance et je n'ai plus peur de rien
Dorénavant, j'avance et j'y crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Robert
Matronne Lova Moorienne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5794
Age : 49
Date Naissance : 4 09 1968
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Lazarus   Lun 22 Juin 2009 - 14:45

Pour la forme, je ne critique pas les poèmes en prose puisque ce n'est pas mon truc, mais je relève l'une ou l'autre faute (sans trop de gravité).
Pour le fond, j'aime bien ce genre de mea culpa par rapport à ce qu'on était, faisait augmenté d'un remerciement suggéré pour les choses (ou l'être) qui a ramené sur le chemin. On comprend exactement ce que tu veux dire et je trouve ça important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://catherine-robert68.sosblog.fr
TAK
Travelo kamikaze
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4975
Age : 35
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Lazarus   Mar 23 Juin 2009 - 13:04

Heureux que tu aies saisi le message et que tu aies bien aimé ce poème.
Mais en fait oui, c'était surtout un petit truc perso et introspectif, ça n'a donc pas une grande valeur littéraire Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Perruche mort-vivante
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1585
Age : 29
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Lazarus   Dim 28 Juin 2009 - 13:03

"Mais ceux-là, je les ignorais sciemment, trop à occupé que j'étais"

"Je n'avais plus gout au passé, à "l'avant" et délaissait sans honte le "maintenant"
Quant au futur, je l'enterrais avant même son avènement"
=> ce passage pourrait être amélioré pour devenir vraiment très joli !

"Ne voulant plus croire, plus espérer ni avancer au sein de ma misère"
=> répétition "misère" déjà écrit 2 lignes avant je crois.

"Trop couard pour tenter, mais plus lâche encore pour abandonner"
=> cette phrase est ambiguë à mon sens et la partie soulignée semble presque incohérente étant donné l'état d'esprit développé. Ici on a l'impression que c'est à cause de ta "lâcheté" que tu trouves la force d'agripper la bouée ; textuellement parce que tu aurais été trop "lâche" pour abandonner ? Je ne vois pas en quoi le fait d'être "lâche" peut te permettre de t'arracher à "l'abandon" et à la déprime ? Ce devrait être plutôt le contraire non (c'est la lâcheté qui suscite le fait de baisser les bras, la résignation misérable...) ?
D'accord pour la "couardise/lâcheté" dont tu parles au début, qui empêche plus ou moins de faire les efforts nécessaires pour sortir la tête de l'eau, mais en quoi une "lâcheté" supérieure devant l'idée d'abandonner supplanterait la première pour permettre de trouver la force de s'en sortir ? Peut-être que j'ai mal compris.

"Elle m'ouvrirait ses portes et je lui emprunterais ses réjouissances, ses grâces et ses beautés
Volupté et magnificence
Pureté, lumière et chaleur

Ainsi, je me suis relevé et j'avance vers la lumière
Elle éclaire ma voie et me guide, cette voix intime, enjôleuse et languide
Porté par un souffle ample et puissant, jamais faiblissant
Décidé à saisir enfin mon destin et les fruits de ces promesses d'inoubliables lendemains
Je m'avance, nullement pressé, optimiste et serein
Maintenant que j'ai retrouvé la foi, mon pas est ferme et inébranlable
A présent j'ai un but et il n'attend plus que moi
Maintenant j'ai faim de vie, de délices et de glorieux festins
A présent j'avance et je n'ai plus peur de rien
Dorénavant, j'avance et j'y crois."
=> trop de "et".

-------------------------

Pour commencer je ne vois aucun mea culpa ici. D'après ce que j'en ai compris, le message me semble autre et d'une simplicité enfantine (en gros une déprime et un mal être résorbés à la suite d'efforts entérinant une main tendue et des yeux ouverts progressivement, pour un bonheur et un gout de la vie retrouvé).

Au delà de ça, je n'ai pas trop aimé ce texte en fait, à cause de la façon dont il est écrit : c'est indigeste, "pateux". Il y a beaucoup trop d'adjectifs, on en est bombardé à chaque ligne, et c'est surchargé ; trop de couleurs, d'images de métaphores etc. différentes qui semblent partir dans tous les sens.

Le tout manque d'harmonie, de cohérence, de liens, d'équilibre, d'homogénéité... dans le propos.

Et puis c'est dommage, mais au niveau purement formel, la lecture pourrait être plus "musicale" et mélodique : ça manque de fluidité dans les sonorité et de rythme (sauf à la fin, mais c'est le fait d'une surabondance de "et"), même pour de la prose.

Donc voila, le fond est intéressant, mais au delà du petit message, le reste est trop "brouillon" et "boursouflé".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THIETMAR03
Goule affamée
Goule affamée
avatar

Masculin
Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Lazarus   Lun 6 Juil 2009 - 9:34

J'ai beaucoup aimé
je trouve ce poème lourd de vie, fort de ressentits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAK
Travelo kamikaze
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4975
Age : 35
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Lazarus   Lun 6 Juil 2009 - 11:43

Merci à vous deux pour vos commentaires Wink
C'est vrai qu'avec le recul, il y a de la lourdeur dans cette poésie... je n'aime pas retoucher des textes écrits depuis qques temps déjà, mais pour celui-ci je me demande si je ne vais pas le faire Rolling Eyes (ou alors, peut-être lui donner une suite).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Perruche mort-vivante
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1585
Age : 29
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Lazarus   Lun 6 Juil 2009 - 12:42

Au fait, pourquoi "Lazarus" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAK
Travelo kamikaze
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4975
Age : 35
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Lazarus   Lun 6 Juil 2009 - 15:38

Max a écrit:
Au fait, pourquoi "Lazarus" ?

Bah, comme "lèves-toi et marches, Lazare" Rolling Eyes (j'avais hésité entre ça et "Phoenix" mais j'aime bien les références bibliques, alors que je suis pourtant athée et anti-religion autant que possible lol va comprendre ! ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lazarus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lazarus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le grand, l'immense, le légendaire KIRK LAZARUS
» 1x06 - Cold Lazarus
» Episode 4x01 Lazarus Rising (Season Première)
» (Spoiler) Photos des retrouvailles Sam et Dean Lazarus Rising
» The lazarus man - 1996

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE MANOIR DU FANTASTIQUE :: ECRITURE :: POESIES-
Sauter vers: