LE MANOIR DU FANTASTIQUE

Inscrivez-vous, présentez-vous, Firmin prépare votre suite...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Devant la mer (prose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
TiCi
Démon aztèque à la mode
Démon aztèque à la mode


Masculin
Nombre de messages : 1015
Age : 44
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Devant la mer (prose)   Jeu 2 Déc 2010 - 11:15

XXDevant la mer

Deux anges sur le sable
XXIls n’ont pas d’âge
XXXXIls sont d’ailleurs
Contemplent l’horizon
XXLe mouvement des vagues
XXXXQui leur rappelle la vie
Une main invisible
XXQui donne et qui reprend
Inlassablement

Deux âmes fatiguées
XXDignes et sans héritage
XXXXIls ont toujours lutté
Ils ont tout partagé
XXMême la fragilité
XXXXIls ont cessé de croire
Mais ils se sont trouvés
XXIls savent la vérité
Que le temps est venu

Deux cœurs connectés
XXS’échangent un baiser mortel
Et puis ferment les yeux
XXIls quittent la terre ferme
Deux anges sous le soleil
XXEnsemble pour toujours
S’éteignent.


Dernière édition par TiCi le Lun 31 Jan 2011 - 12:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Jeu 2 Déc 2010 - 19:06

Je n'ai pas très bien compris, s'agit-il d'un poème ou juste d'un texte en prose mais en forme de vers? J'en connais pas le nom en français, mais chez nous dans le monde arabe, quand un poème ne se rime pas, on nomme ce genre littéraire, "la poésie libre". Est-ce bien ça?
Sinon, au niveau du contenu, j'ai beaucoup apprécié. J'ai toujours essayé de décrire la mort de deux âmes amoureux en même temps, voilà une façon très réussie.
Revenir en haut Aller en bas
TiCi
Démon aztèque à la mode
Démon aztèque à la mode


Masculin
Nombre de messages : 1015
Age : 44
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Jeu 2 Déc 2010 - 19:38

Salut Arsy-Deska,

Merci pour ton commentaire.

Arsy-Deska a écrit:
Je n'ai pas très bien compris, s'agit-il d'un poème ou juste d'un texte en prose mais en forme de vers? J'en connais pas le nom en français, mais chez nous dans le monde arabe, quand un poème ne se rime pas, on nomme ce genre littéraire, "la poésie libre". Est-ce bien ça?
"Poésie libre" me convient.
A+ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Ven 3 Déc 2010 - 12:34

Sympa ! Bonne chance pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
TiCi
Démon aztèque à la mode
Démon aztèque à la mode


Masculin
Nombre de messages : 1015
Age : 44
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Ven 3 Déc 2010 - 13:50

Merci Pika !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miss witch
Sorcière cotorep à mi-temps
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1468
Age : 26
Date Naissance : 24 juillet 1991
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Ven 3 Déc 2010 - 20:01

Je sais pas trop quoi en penser, de ce texte.

Si j'analyse vaguement (très vaguement): rythme ternaire sauf aux "vers" 7 et 8. Toujours plus ou moins 6 syllabes par phrase ou moitié de phrase si on prononce de manière "moderne". Les phrases sont hachées par des points, peut-être pour donner de l'importance, plus de sens, à chacune? Reprise à chaque début de tercet des deux personnes dont on parle avec des termes différents.
Chaque tercet se termine par un mot ou une phrase qui casse avec tout le reste. Alors que le début montre l'union, la tranquillité, la nostalgie, la fin montre la mort ou du moins quelque chose de négatif. De même, le début est relativement "heureux", tandis que le dernier tercet se termine sur la mort (symbolique, d'ailleurs, non?).

On pourrait continuer mais je vais pas faire un commentaire de texte, ça serait trop long.
Bref, tout ça pour dire que je comprends pas trop le "but" du poème. À première vue, c'est un couple qui a traversé la vie uni quoi qu'il arrive. Et à "deuxième" vue, tu veux faire passer une sorte de message, ou alors le texte n'a d'autre but que de parler des deux anges?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naellemoon.canalblog.com
TiCi
Démon aztèque à la mode
Démon aztèque à la mode


Masculin
Nombre de messages : 1015
Age : 44
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Lun 6 Déc 2010 - 10:08

Salut Miss. Merci pour ta lecture et ton comm.
Je vais essayer de répondre à tes questions, mais je voudrais laisser à chacun la marge d’interprétation qui permet de s’approprier le texte. Le but est de toucher le lecteur. Si ça ne fonctionne pas, je suis d’accord pour dire que cette « poésie libre » est inutile.
Pour le rythme saccadé, l’objectif est de ralentir la lecture. Chaque phrase peut être lourde de sens, encore faut-il laisser aux mots le temps d’évoquer des choses. Ce rythme doit aussi rappeler les vagues et les à-coups de la vie. C’est pour ça que cela se fluidifie vers la fin, la libération.
Dans mon interprétation, il y a différents messages. En particulier sur la place laissée à certaines valeurs dans la société, la mort programmée (le baiser mortel étant alors un échange de pilules adéquates), et aussi la relativité « absolue » des choses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Lun 6 Déc 2010 - 16:36

TiCi a écrit:
Salut Miss. Merci pour ta lecture et ton comm.
Si ça ne fonctionne pas, je suis d’accord pour dire que cette « poésie libre » est inutile.

Ah lala, bien sûr que tout texte est inutile en soi et donc par la, absolument indispensable !

J'aime bien ton texte, même si je n'accroche pas aux personnages, pour moi, les anges sont trop purs pour être honnêtes. Bon, je n'ai peut-être pas tout compris non plus ?

J'avoue que je ne suis pas non plus d'accord avec la fin, si ce sont des anges, ne devraient-ils pas être immortels, pour moi, j'aurais préfèré qu'ils s'envolent au lieu de s'éteindre, cela aurais peut-être permis de terminer sur une note plus joyeuse ?
Revenir en haut Aller en bas
TiCi
Démon aztèque à la mode
Démon aztèque à la mode


Masculin
Nombre de messages : 1015
Age : 44
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Lun 6 Déc 2010 - 16:53

Pikachu a écrit:
J'avoue que je ne suis pas non plus d'accord avec la fin, si ce sont des anges, ne devraient-ils pas être immortels, pour moi, j'aurais préfèré qu'ils s'envolent au lieu de s'éteindre, cela aurais peut-être permis de terminer sur une note plus joyeuse ?
Bon, c'est sûr, l'appropriation de ce texte par le lecteur a ses limites.
En tout cas, ton point de vue n'est pas dénué d'intérêt.
Pour toi, juste parce que je ne sais jamais si tu n'es pas sérieux ou juste... bizarre :
Spoiler:
 


Dernière édition par TiCi le Lun 6 Déc 2010 - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAK
Travelo kamikaze
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4975
Age : 35
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Mar 7 Déc 2010 - 9:21

Moi, je l'ai bien aimé ce poème.
Peut-être justement parce que je pratique (enfin pratiquais) beaucoup la poésie libre et la prose et que j'aime bien cette idée de liberté totale, quitte à dérouter les lecteurs, autant sur le fond que la forme. Tu as parlé d'appropriation TiCi et c'est ce que j'ai fait : j'ai lu ce poème en y prenant ce qui me "parlait" et m'intéressait, sans chercher trop loin.
Un homme et une femme qui s'aiment éperdument, malgré les coups de crosse de la vie, ils n'ont pas réussi à avoir d'enfants et cette plage, cette marée, leur rappelle à quel point cela aurait pu les rendre heureux... (peut-être aussi ce terme d'"ange" peut-il ramener à la notion de pureté/virgnité/infertilité de la femme).
Y'a juste ce truc de "baiser mortel" que j'avais pas trop saisi à la lecture, mais que tu as expliqué ensuite. Là, en effet, c'est à chacun de se faire son idée et de s'approprier ce qu'il lit, mais je crois pas que ce soit évident.
Mais ce baiser mortel peut être interpreté de bien d'autres façons, j'imagine.

Bref, je répète que j'ai beaucoup apprecié ce texte, tout en simplicité mais non dénué de poésie, malgré sa forme peu académique (ça a tendance a plus m'attirer d'ailleurs que la poésie "conventionnelle" ).
Un bien joli texte oui, pas très joyeux, mais qui a du sens et qui s'apprécie à plusieurs niveau.
De la belle ouvrage, monsieur TiCi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TiCi
Démon aztèque à la mode
Démon aztèque à la mode


Masculin
Nombre de messages : 1015
Age : 44
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Mer 8 Déc 2010 - 9:03

Merci beaucoup Tak, ton comm me fait chaud au cœur.
C'est exactement ce que je visais et ça me fait bien plaisir que ça ait pu fonctionner.
Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Perruche mort-vivante
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1585
Age : 29
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Jeu 9 Déc 2010 - 11:05

Yop TiCi. Avant toute chose, ça m'a rappelé notre vieux "débat" sur la poésie, du temps de Neko Chris je crois. J'ai raconté bien de la merde, encore une fois. La jeunesse Rolling Eyes. Sinon concernant ton poème, déjà qu'en général j'ai du mal avec les poèmes des autres, mais alors en plus s'ils sont en vers libres/prose... Encore que. Reste qu'en l'espèce j'ai été d'emblée gêné par la forme à cause des phrases/lignes hachées. Aucune mélodie prosodique. Il y a bien une harmonie, mais elle tient au fond. Et le rythme est décidément trop sec (rien à voir avec l'onde des vagues). En fait on est obligé de lire chaque partie du poème en s'arrêtant à chaque point - ce n'est pas forcément gênant en soit, mais dans ce cas la présentation est inadéquate je trouve, car en l'état, on est forcément attiré par la suite du "vers", qui se poursuit sur la ligne. Je comprends ta volonté de montrer que chaque membre, chaque phrase est lourde de sens, mais est-ce nécessaire de le souligner à ce point ? Les mots ne sont-ils pas toujours chargés de sens dans n'importe quel poème ? Quand à l'intention de représenter le flux/reflux des vagues, de la vie etc. par ce procédé, pourquoi n'avoir pas présenté le poème ainsi (ce qui aurait réglé le premier problème que j'évoque), par exemple :


____Deux anges sur le sable.
_______Ils n’ont pas d’âge, ils sont d’ailleurs.
___Contemplent l’horizon.
_______Le mouvement des vagues.
____Qui leur rappelle la vie.
__Une main invisible.
___Qui donne et qui reprend.
_____Inlassablement.
___Deux âmes fatiguées.
_____Dignes et sans héritage.
________Ils ont toujours lutté.
_____Ils ont tout partagé, même la fragilité.
__Ils ont cessé de croire.

Etc...

Bon j'ai fait ça vite fait (et plutôt mal fait, parce que ça fait plus "serpent" qu'autre chose et c'est pas le but), mais tu comprends l'idée ? On verrait mieux l'idée des vagues, de ses analogies, des moment de la vie qui se déroulent, viennent puis s'en vont, les coups durs, les à-coups, la main qui prend/rend... Et surtout on éviterait les lignes hachées, tout en insistant sur la force et le sens de chaque vers/morceaux. On aurait en plus une impression de fuite en avant, contradictoire avec la nécessité (et la volonté de l'auteur) de lire posément les "vers", qui poserait la question de l'aptitude à profiter de l'instant présent, des points de bonheur sur la ligne droite de la vie qui conduit à "s'éteindre" (on retrouve l'idée de carpe diem qui t'es chère, si je me souviens bien ? Wink). Par contre on perdrait le rythme ternaire, mais je n'ai pas bien vu son intérêt ? Pour en revenir au poème, la partie "Contemplent l'horizon" est beaucoup trop sèche et abrupte ; commencer par le verbe, c'est vraiment trop dur. A la lecture ça détruit tout ce que la première ligne avait commencé à construire. J'aurais préféré que tu laisses le "ils", même si ça faisait un peu répétition avec ceux d'avant, au moins ce serait plus fluide. En parlant de "ils", ici : "Deux âmes fatiguées. Dignes et sans héritage. Ils ont toujours lutté. " => le "ils", même s'il renvoie aux anges, se heurte au féminin des "âmes" juste avant, c'est pas terrible. "Cœurs connectés" est plutôt moche également. Dommage. La musicalité n'est pas le point fort du poème (même si, hormis les saccades, phonétiquement les termes se tiennent globalement ensemble et ne jurent pas entre eux), mais tu n'a visiblement pas trop cherché à la développer.

Assez parlé de la forme. Le poème est plutôt fort en émotion, même si j'ai du mal à y accéder - à cause de la structure, comme je l'ai dit, mais pas seulement : le propos est en grande partie métaphorique, général, diffus, large, universel etc. pour laisser libre court à l'interprétation. C'est un mal et un bien. L'émotion manque de personnalité/singularité (le coup de la symbolique des "anges qui s'envolent au soleil" on connait...), c'est un peu comme une carte postale sentimentale (surtout avec ce décor). Maintenant, ça permet l'interprétation personnelle, et au final je crois que c'est beaucoup mieux comme ça. Après tout, c'est l'essence du poème, et ils sont souvent pensés ainsi. L'adversité à laquelle le couple angélique est confronté peut prendre de multiples formes et faire écho à chacun d'entre nous. Par contre là dessus, je te cite : "la place laissée à certaines valeurs dans la société, la mort programmée (le baiser mortel étant alors un échange de pilules adéquates), et aussi la relativité « absolue » des choses." => je n'ai pas franchement vu tout ça. Mais j'avoue, je ne me suis pas assez plongé dans le poème (qui le fait, de toute façon ?). Mais si je l'avais fait comme il le mérite, j'en aurais probablement saisit plus - malgré le mélange entre des "images générales/universelles sujettes à interprétations variées" et des images plus "resserrées" ("héritage", "baiser mortel"...). Pour ces dernières, ont sent que tu y mets des idées plus précises, sauf que le lecteur peine à les saisir ; alors ok l'interprétation personnelle, mais c'est toujours dommage quand l'interprétation du lecteur/l'intentio lectoris ne rejoint pas l'intentio auctoris. Au demeurant, l'espèce de lien entre ambiance "merveilleuse" (anges, main invisible...) et aspect/considération "social" que l'on sent bien en filigrane est intéressant.

Mais bon, en conclusion je reste quand même sur mon problème de forme et sur une impression mitigée à cause de l'aspect "carte postale", bien que le poème ne soit pas dénué d'émotion et d'intérêt, c'est clair.

Ton poème me fait également penser au miens - le dernier que je n'ai pas mis ici (mais qui est sur Nousvelles, tu l'as peut-être lu ?) - dans le sens où c'est juste le contraire du tiens au niveau de la forme, c'est amusant. Je vais le mettre sur le manoir aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TiCi
Démon aztèque à la mode
Démon aztèque à la mode


Masculin
Nombre de messages : 1015
Age : 44
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Ven 10 Déc 2010 - 16:46

Salut Max.
Merci pour ton comm, bien fourni et bien expliqué comme d’habitude.
Je suis plutôt d’accord avec toutes tes remarques, mais en même temps les corrections que tu suggères me plaisent moins que la version actuelle.
Par exemple, c’est vrai que le « ils » qui suit les « âmes » peut causer une hésitation. Mais il est clair que le texte parle des « anges », et pas des « âmes ». Le « elles » me gênerait plus encore, donc je laisse le « ils ».
Sympa ton idée présentation en « vagues ». Je n’irai pas jusque là, parce que ça ne me ressemble pas (pas encore assez débridé sans doute). Je n’ai pas vraiment de raison pour le rythme ternaire, j’ai essayé d’avoir une petite cohérence de rythme (et les « vers » les plus intuitifs ont donné la marche du reste), et à mon sens les paquets de trois vont ensemble, une petite pause à chaque fin de ligne ne me semblait pas inutile. On perdrait cela avec ton idée. Mais enfin elle se défend.
Pour le fond, je suis bien conscient de certains clichés (la mer, le soleil, les anges – attention, ils ne s’envolent pas ;-), pour toujours…). Là c’est personnel, j’ai toujours été plus directement touché par des « banalités » bien assemblées (cf Marillion), que par la sophistication ou la complexité.

Et sinon, sans vouloir ouvrir un nouveau débat sur la poésie, je ne suis pas d’accord quand tu dis que « c'est toujours dommage quand l'interprétation du lecteur/l'intentio lectoris ne rejoint pas l'intentio auctoris ». Pour la simple raison que mon intention, à ses racines en tout cas, m’est spécifique et qu’elle ne pourra pas être facilement partagée telle quelle.

J’attends ton poème sur le manoir, parce que je ne vais pas trop sur nousvelles.com, trop lent et pas pratique.
A+!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TiCi
Démon aztèque à la mode
Démon aztèque à la mode


Masculin
Nombre de messages : 1015
Age : 44
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Mar 14 Déc 2010 - 19:45

J'ai changé la présentation, suite à la suggestion de Max. Si de bonnes âmes veulent donner leur avis sur ce que ça donne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Perruche mort-vivante
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1585
Age : 29
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   Mer 15 Déc 2010 - 18:15

Forcément que je préfère, perso. Tu perds le rythme ternaire, mais apparemment il servait pas à grand chose ? Plus trop de problème de forme en ce qui me concerne (à part le "Contemplent l’horizon. " qui est toujours aussi cinglant). Je me demande juste si enlever toute la ponctuation ne serait pas une bonne idée. C'est fort en signification aussi, et ça me semble correspondre au poème. A toi de voir de toute façon, mais en l'état je préfère, oui. Ça fait une jolie présentation (et bien joué le coup des "x" noirs).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Devant la mer (prose)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Devant la mer (prose)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Devant quel film pleurez vous le plus ???
» [Pennac, Daniel] La petite marchande de prose
» monument du 1er BCP à Vaux-devant-Damloup (55400)
» 04.07 - Devant la caméra (page double)
» Jean de la Fontaine : le loup le renard par devant le singe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE MANOIR DU FANTASTIQUE :: ECRITURE :: POESIES-
Sauter vers: